Réunion publique du Kafe Citoyen : 22 février 2019

Ordre du jour

 

  • Présentation du Kafe
  • Préparation de l’ouverture d’un débat sur l’agriculture et la vie rurale
  • Thème principale de la soirée : où en est-on avec le projet cœur de bourg et le sauvetage de l’école ?
 
 

Compte-rendu du débat

Ce premier kafe citoyen a accueilli 20 personnes ce qui est très encourageant pour une première édition.

Le kafe c’est quoi ?

Le président de l’association a tout d’abord présenté les trois grands objectifs devant être poursuivis par les membres et débatteurs du kafe :

  1. démocratie participative : dans une période où le débat public dysfonctionne, où les partis grands ou petits n’arrivent plus à dialoguer avec les citoyens et où des mouvements spontanés tels les gilets jaunes n’arrivent pas à réaliser une synthèse et un consensus, il est fondamental qu’au niveau local et sur des sujets locaux, les citoyens trouvent un cadre apaisé et ouvert pour s’exprimer et mieux se comprendre. C’est la première ambition du kafe.
  2. démocratie collaborative : le débat n’a de sens que s’il débouche sur quelque chose. La deuxième mission du kafe est de définir et si nécessaire de mettre en œuvre les actions décidées. Au niveau local la commune est l’acteur normal de l’action publique, mais en cas de nécessité, les citoyens peuvent et doivent prendre en main ces actions.
  3. supervision citoyenne : c’est la dernière ambition du kafe. La défiance vis-à-vis des politiciens découlent en partie de l’écart réel ou perçu entre ce qu’ils sont censés faire et ce qu’ils font réellement. Dans la mesure de ses moyens, le kafe s’attachera à suivre les projets publics qui concernent la vie locale.

Les membres

Les six membres actuels du CA ont été ensuite rapidement présentés. Les membres du CA devant règlementairement être en charge des travaux des débats, l’association accueillera les membres qui veulent s’investir sur un projet au sein du CA. Un appel aux bonnes volontés est donc lancé car beaucoup de débats sont en préparation !

La cotisation à l’association a été fixée à 12€. Les adhésions ont pu enfin se faire à l’issue de la soirée ! N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez nous rejoindre.

Il est possible de venir débattre sans pour autant être membre du kafe.

La forme des débats

L’expression démocratique et libre est fondamentale pour le kafe. Le débat doit être réellement sans censure et accueillir des opinions diverses, ce qui ne va pas sans risque de débordements verbaux. C’est pourquoi le kafe a voulu mettre en place une gestuelle des débats pour permettre à la fois la libre expression et des échanges fluides et équilibrés. Les débatteurs de la soirée se sont rapidement appropriés cette façon de faire, ce qui a même permis d’échanger dans la bonne humeur et en toute liberté.

Les réunions publiques sont ouvertes à tous, l’expression de chacun se faisant dans un esprit de liberté, de tolérance et de responsabilité individuelle.
Pour chaque thème débattu, la philosophie propre à l’association Kafe Citoyen, s’appliquera : choix d’un sujet, mise en œuvre du projet en partenariat avec l’institution ad hoc ou non et suivi de l’application sur le terrain.

Le kafe va essayer de  faire une réunion publique par mois, éventuellement dans un vrai café de la commune si un établissement veut bien nous accueillir.

Les débats en préparation

Avant d’être ouvert à tous, le kafe collecte via ses réseaux sociaux ou des échanges directs, des idées et du « matériel » permettant de fixer les thèmes et de ne pas partir de rien.

Actuellement 4 thèmes sont en « incubation » :

  1. climat / environnement
  2. circulation
  3. sécurité
  4. agriculture / vie rurale

Le thème de la sécurité a donné lieu à un échange suite à un fait divers s’étant produit sur la commune. Ce cas montre comment le kafe peut être utile même sur un sujet aussi sensible.

Le thème de l’agriculture / vie rurale a également été présenté, un peu plus longuement puisque ce ce sujet est prêt pour passer en débat. MC Cotty et F. Sanquer seront les coordinatrices de ce débat. N’hésitez pas à les solliciter !

Le thème de l’agriculture et la vie rurale est extrêmement vaste. Aussi, les débats pourront porter sur des sujets variés mais localement pertinents. Par exemple, la biodiversité, les circuits courts, l’agroforesterie, les chemins de randonnée, les haies vives ou autre sujet devront être abordés au regard de l’existant et du contexte local( élevage, maraîchage, cultures de primeurs en agriculture biologique ou conventionnelle….).
Autant que possible et dans un esprit d’efficacité, les projets d’initiative locale seront étudiés et préparés avec les personnes concernées mais aussi avec l’aide d’experts comme des agriculteurs, des représentants syndicaux, des élus locaux, des personnels de structures locales, des conseillers de la Chambre d’Agriculture entre autres . Ces mêmes personnes pourront également intervenir lors des débats.

Le débat sur cœur de bourg et le sauvetage de l’école communale

Ph. Ris est le coordinateur de ce débat avec S. Lannuzel et F. Sanquer. Un point a été fait sur toutes les actions menées depuis janvier :
  • la manifestation publique menée en coopération avec Tamm Ha Tamm en janvier a réuni entre 140 et 150 personnes ce qui fut une réussite inespérée vu les délais de préparation.
  • L’association Phase a elle aussi émis le souhait que l’école soit préservée. Avec Tamm Ha Tamm et le Kafe, cela fait donc désormais trois associations très différentes qui demandent que l’école ne soit pas rasée.
  • La mission Stéphane Berne a été contactée pour savoir si elle pouvait aider au sauvetage de l’école. Pas de retour à ce jour.
  • Un dossier de classement a été déposé à la DRAC (nous donnerons un lien de chargement de ce dossier). Les probabilités que cette demande aboutisse dans les temps sont faibles. Cependant la demande a été accueillie avec intérêt par l’administration car beaucoup de bâtiments du même genre sont en train d’être détruits partout en France. Le dossier déposé à la DRAC est donc très important pour la prise de conscience et pour alerter et sensibiliser le préfet. Nous mènerons donc ce combat jusqu’au bout !
  • Un courrier a été envoyé à la direction du groupe bancaire qui était censé s’installer en lieu et place de l’école une fois celle-ci rasée. La réponse est très claire : dès mars 2018 cette banque aurait fait savoir qu’elle ne souhaitait pas occuper ce lieu. Les déclarations qui ont pu être faites par la suite seraient donc inexactes ou le fruit d’une mauvaise information. Économiquement cette position se comprend d’ailleurs très bien : raser un symbole telle qu’une école ayant une valeur historique et patrimoniale n’est pas un argument commercial favorable pour l’occupant des lieux !
  • Un courrier a été envoyé au président de BMH qui a transmis à son directeur. Nous attendons la réponse mais nous avons compris en substance que BHM n’était qu’un exécutant du projet et que la municipalité était le donneur d’ordres.
  • Enfin des membres de Tamm Ha Tamm présents ont donné des informations suite à une réunion que l’association a eu avec la municipalité. Une communication officielle de leur part serait faite.
  • Concernant les autres commerces, aucune information recensée ne permet de justifier l’optimisme de la municipalité. Au contraire, nous pouvons nous inquiéter d’un impact financier négatif sur le budget de la commune et de craintes sur l’économie du bourg. Il est temps de disposer d’éléments tangibles et d’engagements fermes.

Et après !

Ces éléments étant communiqués, le débat a pu s’ouvrir. Chacun a pu réagir et proposer des éléments pour la suite :

  • les débatteurs ont souhaité avoir d’autres avis architectraux, d’autres proposition de projets.
  • la CAUE est un organisme qui permet justement d’avoir ces avis et qui est en plus quasiment gratuit.
  • le kafe pourrait essayer d’utiliser ses canaux pour faire un appel à propositions.
  • pour pallier le manque d’information et exprimer notre attachement à la bonne réalisation d’un projet cœur de bourg qui satisfasse les citoyens, ces derniers sont appelés à être plus présents au conseil municipal, en particulier lundi 25 février à 18h30 à Keraudy.
  • Alerter le préfet par tout moyen est une action à intensifier. Le débat public doit vivre et le mot concertation doit retrouver un sens.
  • Le kafe pourrait s’associer à une nouvelle manifestation actuellement en réflexion chez Tamm Ha Tamm.
  • Une concertation spécifique avec les commerçants mérite d’être menée.
  • Les débatteurs se sont dits prêts à faire du porte à porte pour mieux informer la population.
  • Une fois cœur de bourg réalisé, la rue Pen ar bed pourrait être rendue piétonne de temps en temps.
  • L’aspect économique doit être retravaillé : le succès de la maison médicale est douteux, la présence d’un gite / hôtel de jeunesse / maison d’hôte serait un atout, le rapatriement de l’office de tourisme aurait un vrai intérêt, un tiers lieux commerce éphémère – culture pourrait avoir un sens, etc…
  • enfin l’ancienne école restaurée pourrait être en partie ré-attribué à la jeunesse : studio multimédia « youtube », lieu de dialogue, culture, … Un mécénat serait possible dans ce cas.

 

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Article paru sur Ouest-France :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *