Débat : cœur de bourg

Responsable du débat :

  • Ph. RIS

coeur de bourg

Le permis de construire (avril 2019)

L'école en avril 2019

Les articles relatifs à ce débat :

17 Commentaires

  1. Merci à l’association Urgence Patrimoine pour son soutien !

  2. L’école aujourd’hui :

  3. L’école au début du XXème siècle :

  4. Nous rendons public ce courrier envoyé le 8 avril 2019 au directeur de l’agence du CMB de Plougonvelin (pas de retour au 19/04/2019):
    courrier coeur de bourg pour l'agence du CMB

  5. Nous rendons public ce courrier envoyé le 8 avril 2019 au directeur général de BMH (pas de retour au 19/04/2019):
    courrier BHM coeur de bourg

  6. La municipalité a fait connaître ses réponses à Tamm Ha Tamm dans le Télégramme et Ouest France du 10 avril 2019. Le Kafe n’est pas impliqué dans cet échange, mais dans le cadre du débat public sur le sauvetage de l’ancienne école communale, nous ne pouvons pas ne pas apporter quelques éléments et rappels.

    Sur le fond, pas d’information nouvelle donnée par la municipalité, et les mêmes interrogations demeurent :
    – le projet intègre un pôle médical, ce qui peut être intéressant pour les Plougonvelinois, mais combien de praticiens se sont engagés formellement ou pas ? Avoir une liste publique de médecins permettrait de rendre plus attractif ce pôle pour les places qu’il reste à combler et clorait le débat sur cet aspect précis.
    – à défaut d’information nouvelle, la municipalité change son angle d’attaque : les Plougonvelinois qui demandent à conserver l’ancienne école sont désormais considérés comme des défenseurs de (je cite) « l’implantation des grandes enseignes et des services en périphérie de la zone urbaine au détriment du petit commerce de proximité en centralité ». Surprenant. Outre le fait que ce sujet des « grandes enseignes » n’a pas été abordé du tout dans nos débats et que cela dépend à ma connaissance plus de l’intercommunalité que de la commune (mais je peux me tromper), je ne crois pas que ce soit une bonne idée de désigner Intermarché comme cible pour détourner l’attention d’une demande citoyenne simple, claire et légitime : sauver l’école sans remettre en cause le projet.
    – concernant les petits commerces de cœur de bourg, la situation est effectivement de plus en plus préoccupante. La municipalité précédente n’avait pas réussi à remplir les espaces commerciaux neufs de la rue Pen Ar Bed. Depuis nous avons vu des commerces ouvrir, fermer et hélas pas remplacés. Deux locaux commerciaux supplémentaires sont vides rue Pen Ar Bed, le bureau de Poste a été abandonné, un local commercial s’est vidé en haut de Saint Yves. La situation est très préoccupante et nous espérons tous qu’un projet de revitalisation peut inverser les choses. Mais là encore, quel est la liste des commerçants qui se sont formellement engagés à venir ? Et nous parlons de nouveaux commerçants, pas de déplacement de commerces d’un côté de la rue à l’autre. La vitalité économique d’un bourg ne dépend pas que d’une opération immobilière.
    – Nous n’entrons pas dans le débat (récurrent) de la réputation de l’architecte. Par contre, nous demandons à nouveau la consultation du CAUE pour avis complémentaire. C’est son rôle !
    – L’ancienne mairie est appelée au secours de la mémoire : puisqu’on conserve ce bâtiment, on pourrait détruire l’école si on lit cet article. C’est bien mal comprendre l’Histoire. Les écoles « Jules Ferry » portent plus que l’histoire d’un bâtiment. Elles sont les pierres de l’union et de l’esprit de la République, plus même que les mairies. Dans nombre de cas, les communes ont construit des écoles avant de construire leur mairie et ce sont les écoles qui faisaient office de lieu de réunion de la municipalité, l’instituteur prenant alors souvent le rôle de secrétaire de mairie. Et l’école de Plougonvelin a en plus une histoire propre au village, entre autre de résistance passive à l’occupation allemande.

    Nous rencontrons le Maire la semaine prochaine et nous espérons avoir quelques réponses. Nous réaffirmons également notre volonté d’un débat aussi apaisé que possible incluant la municipalité autant que les Plougonvelinois pour obtenir des aménagements à ce projet.

  7. Cette église a été détruite en 2013. Religieux ou pas, l’Europe a bâti son identité en grande partie avec de la pierre. À la place du bâtiment de cette vidéo un square a été construit. Il y a sans doute eu de supers arguments financiers et pour un hygiénisme urbain topissime pour ne pas la sauver.

    Mais l’âme d’un peuple, la vitalité d’une culture, la fierté des anonymes qui passent devant tous ces bâtiments sont d’une toute autre nature, d’une toute autre importance. Nous avons besoin de liens avec notre histoire, nous avons besoin de références communes sur le territoire de notre pays.

    Je ne suis pas pour vivre dans la poussière des vieilles pierres lorsque cela nous empêche d’avancer, de progresser. Il y a même des vieilles pierres dont il est important de se débarrasser. Mais en dehors de ces cas, cela ressemble à quoi un présent qui vient de nulle part ? C’est quoi la vie d’un Homme sans mémoire ?

    Nous à Plougonvelin, c’est une petite école de la République que nous voulons sauver. Des pierres sans importance, de rien du tout. Mais des pierres qui disent beaucoup de nous.

  8. Suite au kafe citoyen du 22 février 2019, voici le courrier que nous avons fait parvenir au Maire de notre commune :

    courrier au maire plougonvelin

  9. Le CAUE est un organisme qui peut venir en aide aux communes qui ont des projets d’urbanisme. Lors de son débat de février, le souhait de le saisir a été exprimé.

    http://www.caue-finistere.fr/vous-etes-un-elu-une-collectivite/

  10. francoise sanquer

    le cahier de dolénaces est ouvert à télécharger sur le site de la mairie et adresser à la mairie par courrier ou mail

  11. nous allons tout tenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *